L’association

Notre association

Comité des Amis du Plein Air du Calvados » en 1960, l’objectif premier de la jeune association est d’encourager le sport de plein Air à travers la pratique du kayak et du canoë et de la voile sur caravelle.

Très rapidement la base située sur le perré du port de Dives devient un lieu très fréquenté, elle devient la première école de voile de l’estuaire, la voile prenant rapidement le pas sur les autres pratiques.

L’aura de l’école dépasse nos frontières, devant la qualité de l’enseignement, les stagiaires deviennent de plus en plus nombreux, l’on ne dit plus je vais au « Comité des Amis du Plein Air du Calvados », mais je vais au « CAPAC »

1990 va marquer une nouvelle étape dans la vie du « CAPAC » sur proposition de membres de l’association, une sous-section voiles traditionnelles voit le jour afin de répondre au lancement par les revues Ouest-France le Marin et le Chasse Marée du Concours « Bateaux des Côtes de France », son objectif : la réhabilitation ou la construction à l’identique de gréements anciens.

A Dives, l’association avec l’appui de la municipalité, a  racheté à un houlgatais une coque de 1946 et se lance dans sa restauration.

Dès l’arrivée sur la base de l’école de voile, le Saint Rémi va faire l’objet de soins attentifs, le groupe d’intervenants sur la vieille coque s’étoffe, le 14 juillet Saint Rémi retrouve, après avoir passé 22 ans dans un garage, l’élément liquide qu’il n’aurait jamais dû quitter. Sur les conseils de François Renault, grand spécialiste des bateaux normands, un gréement de flambart lui est attribué, c’est celui de la flottille que nous découvrons sur les cartes postales des années 1900 dans le port de Dives.

Dans le même temps un grand concours de dessins, d’affiches et de maquettes est lancé auprès des scolaires de Dives, Cabourg et Houlgate, avec le but caché qu’ils découvrent le milieu maritime local mais également la richesse de son patrimoine.

En 1996 c’est l’acquisition sur ses fonds propres de « Biquette » l’un des derniers picoteux Labrèque encore en état de naviguer. Il  a permis de reconstituer des pêches à la senne sur les plages de Houlgate et de Cabourg.

En 1997, un second flambart va venir grossir la flotte traditionnelle, il s’agit « d’Anne-Mathilde », l’association a pu l’acquérir avec l’appui financier des communes de Dives-Cabourg et Houlgate, du Conseil général et Conseil Régional.

En 1998, pour perpétuer la tradition, le CAPAC crée un stand de démonstration de fumage de poissons

A la demande des villes de l’estuaire de la Dives le CAPAC devient en 2001, « Centre Nautique de l’Estuaire de la Dives », de son côté, la section Voiles Traditionnelles poursuit ses recherches pour reconstituer la flotte locale de pêche. En collaboration avec l’association du « Verguillon » elle va concrétiser son rêve en sauvant « Reine des Flots » une vaquelotte de 1927 aujourd’hui classée Monument Historique.

En 2004, mise à l’eau de la Reine des Flots, vaquelotte de 1927.

En 2005, le Centre Nautique de l’Estuaire de la Dives, répond à l’appel de la Communauté de Commune de l’Estuaire de la Dives en lui « abandonnant », l’école de voile, tout en gardant la section Voiles Traditionnelles.

Afin de revenir à l’origine de sa dénomination « CAPAC », nous sommes devenus depuis 2006 le « Comité de Amis du Patrimoine et de l’Animation Côtière ».

En 2008, le CAPAC met à l’eau un autre bateau renommé de la région, Tex, Monotype Minimum de la Manche (MMM), un petit quillard dont l’Estuaire de la Dive a compté jusqu’à 80 unités.

En 2010, c’est au tour de Plouc, un vaurien d’être mis à l’eau, dériveur d’initiation emblématique des écoles de voile des années 60 qui a participé à la démocratisation de la voile.

En 2014, L’Astérie caragogne offerte par Jean Pierre HUE (qui en a été propriétaire pendant 36 ans!) intégre la flotille. Elle est restaurée par des stagiaires dans le cadre d’un stage GRETA sous la responsabilité du CAPAC d’avril à Juillet 2014. Construite en 1978 à Concarneau, elle a été remise à l’eau le 9 Juillet 2014 à la cale de Port Guillaume à Dives sur Mer.

En 2015, Mme Savoret J. fait don au CAPAC d’un canot breton « Le Malouin », canot de 1958 construit par les chantiers navals Lamer en Bretagne.